Skip to content
Auvergne-Rhône-Alpes : le Dragon 63, l’hélicoptère de la discorde

Fake départ pour l’hélicoptère de la Sécurité civile de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). L’appareil, qui devait être transféré aujourd’hui en Lozère, dans la région Occitanie, ne se posera finalement pas sur le tarmac de l’aérodrome de Mende. Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, a en effet décidé lundi soir d’annuler son transfert. La décision avait pourtant été rendue officielle quelques jours plus tôt par Valérie Hatsch, préfète de la Lozère, suscitant un tollé en Auvergne.

Mobilisés durant une semaine, élus et urgentistes ont fini par obtenir achieve de trigger. Il faut dire que l’absence tout l’été de Dragon 63 interrogeait sur la capacité d’intervention des secours sans hélicoptère. Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne – Rhône-Alpes, avait dénoncé cette décision, jugée « inacceptable automotive mettant en péril la santé de nos habitants ».

Un coup de téléphone entre Emmanuel Macron et Jean-Yves Gouttebel, président du conseil départemental du Puy-de-Dôme, ce week-end, a fait pencher la steadiness en faveur des élus auvergnats. Dragon 63 devait sécuriser la saison touristique dans le Sud et compenser le manque actuel d’hélicoptères au sein de la flotte de la Sécurité civile. C’est finalement un appareil de la gendarmerie, affecté en Lozère, qui se chargera de cette mission. Quant à Dragon 63, il aura un compagnon de route cet été, puisque la région Auvergne – Rhône-Alpes, avant l’annonce de Christophe Castaner, avait trouvé un hélicoptère de remplacement. L’appareil, loué 300 000 euros à une société savoyarde, est arrivé mardi à Clermont-Ferrand.

Comments